HAROPA

Trafics HAROPA premier semestre 2020 : La reprise s’amorce, dans le prolongement de la performance historique de la campagne céréalière

> Les filières amorcent une lente reprise : pour la 1re fois depuis 6 mois, le trafic HAROPA gagne un point de variation à fin juin. Cette reprise se confirme nettement sur la première quinzaine de juillet. > Le trafic Céréales atteint un niveau historique. > Mais à l’image du ralentissement de la consommation mondiale et malgré les efforts réalisés par les acteurs des chaines logistiques pour assurer la continuité de l’activité, le trafic maritime HAROPA reste en baisse par rapport à 2019 (-19 % à 37,5 Mt). > Les situations apparaissent très contrastées selon les filières.
- Ports de Haropa

Publié le

Record Historique pour le trafic de Céréales qui confirme sa très belle performance et progresse de 40 % : malgré ce contexte compliqué de crise sanitaire, la chaîne logistique de la filière céréalière a en effet su rester opérationnelle : 9,87 Mt de céréales ont été exportées sur l'ensemble de la campagne (chiffre à fin juin), soit une progression de près de 10 % par rapport à la campagne record de 2015/2016 et de plus de 30 % par rapport à l’an dernier. Ce niveau historique porte la croissance de la filière Vracs solides (+ 22 %).
A noter : le vraquier Bregaglia a quitté le Port de Rouen le 11 juin avec un chargement de 60 000 tonnes d’orge et un tirant d’eau de 11 mètres à destination de la Chine, témoignant de la réussite du programme d’amélioration des accès maritimes qui vient de s’achever.

Pour la filière BTP, le redémarrage des chantiers, après deux mois d’arrêt, entraîne une reprise du transport fluvial de matériaux de construction (prolongement du RER E, construction de la station de la ligne 15 Sud à Vitry-sur-Seine et de la gare de Pont de Sèvres, travaux de ND de Paris) et de déblais. Le trafic maritime d’agrégats repart également à la hausse en juin (325 kt en juin 2020, contre 55 kt en juin 2019), porté notamment par la montée en puissance du projet SPS-GPS et par le démarrage de la construction de l’usine d’éoliennes Siemens au Havre.

Le trafic Conteneurs, baromètre de l’économie, affiche encore à fin juin une baisse de 27 %, à 1,1 M Evp (10 Mt). La reprise est cependant amorcée : le déstockage a débuté dans les entrepôts logistiques et les terminaux conteneurs de l’axe Seine, en particuliers à Gennevilliers où le taux d’occupation qui était monté jusqu’à 95% au plus fort de la crise, est redescendu à 78 % à fin juin.
Fait marquant : HAROPA – Port du Havre accueille les plus gros porte-conteneurs du monde, le MSC Mina (capacité de 23 656 EVP) le 19 juin et le HMM Oslo (23 964 EVP) le 30 juin – un nouveau record de capacité pour le port du Havre.

Les trafics de Vracs liquides sont en baisse de 24 % à 18,3 Mt ; on note la chute des importations de pétrole brut (- 47,6 % / -5,4 Mt) en raison de l’arrêt technique subi de la raffinerie de Total à Gonfreville-L’Orcher et de la limitation provisoire de la capacité de raffinage sur l’axe Seine (conséquence de la crise sanitaire sur la consommation de carburants).
A noter cependant que le trafic de produits raffinés repart à la hausse qui, en juin notamment, progresse de 18 % grâce au déconfinement et à la reprise de l’activité de raffinage (Gravenchon et Grandpuits).
Perspectives : sur le troisième trimestre, la reprise du trafic de produits raffinés devrait se poursuivre, sous l’effet notamment du dynamisme des déplacements estivaux qui viendra booster la consommation de carburants routiers, tandis que la consommation de kérosène restera en retrait compte tenu des restrictions de déplacement au niveau mondial.

Le trafic Roulier est affecté par les effets de la crise sanitaire sur la filière automobile dès le mois de mars avec, dans un premier temps, des ruptures d’approvisionnement et dans un second temps, une crise de la demande et une crise de la production généralisée avec la propagation du Covid-19 au niveau mondial : en France, le marché des véhicules neufs a chuté de 72 % en mars et de 89 % en avril. Ainsi, le trafic roulier HAROPA recule de 74 % en avril-mai 2020/2019 (-42 123 véhicules). En juin 2020, le trafic enregistre une baisse plus modérée que les deux mois précédents (-44 % par rapport à juin 2019 ; -11 108 véhicules).
Perspectives : le redémarrage progressif de la filière depuis le mois de mai avec la reprise des usines, la réouverture des points de ventes et les aides de l’Etat permettra de soutenir le trafic roulier sur le second
semestre, avec toutefois un niveau plus bas que 2019 en raison de la perte de pouvoir d’achat.

Après trois mois d’arrêt total de l’activité Croisière (maritime et fluviale), la reprise est effective en juillet pour les petits navires des compagnies nationales avec des itinéraires hexagonaux et européens adaptés
(autorisation officielle à compter du 11 juillet en France) : Ponant (avec un itinéraire au départ du Havre, 13 croisières au total) et CroisiEurope (reprise à 50 %). La croisière promenade parisienne a quant à elle repris son activité à la sortie du confinement mais l’activité souffre très fortement de l’absence des touristes étrangers.

Liaison transmanche : Brittany ferries a repris le trafic de passagers depuis le 12 juillet au départ du Havre.

Le trafic Fluvial sur l’axe Seine connait une baisse de 22 %, équivalente à celle du trafic maritime. Comme évoqué plus haut, cette tendance s’explique principalement par le recul de l’activité des filières conteneurs, BTP et produits valorisables, impactées par la fermeture des chantiers dans le cadre de la crise sanitaire. Il convient toutefois de noter le dynamisme de la filière céréales, avec une progression du volume de céréales manutentionnées au Port de Rouen de près de 35 % à fin avril 2020/2019 (+262 kt).
A noter : retour à la normale du service fluvial sur la liaison Le Havre – Rouen en juin et forte progression sur la liaison Le Havre – Gennevilliers (53 % début juin ; 82 % à compter de la 2ème semaine de juin).

Les services Ferroviaires de marchandises conteneurisées sont assurés à plus de 90 % depuis mai. Par ailleurs, sur les vracs et le conventionnel, on observe les mêmes tendances que dans le maritime et le fluvial : le service qui a su répondre aux besoins de la filière céréales enregistre un niveau d’activité record, tandis que la filière BTP repart progressivement après un recul de l’activité.

Dès le début de la crise sanitaire, HAROPA a annoncé des gestes commerciaux forts parmi lesquels le report au 10 juillet 2020 du paiement des redevances domaniales comprises entre le 1er mars et le 30 juin afin de soutenir les entreprises installées sur les sites portuaires. Les trois ports se sont également mobilisés auprès des clients via l’opération PUSH (Programme Unique de Soutien by HAROPA) mise en place dès le mois de mars : ce plan de relance économique permet d’accompagner les entreprises et de les guider dans la recherche
de solutions sur mesure pour créer les conditions nécessaires au retour de la croissance.

Dans ce contexte difficile, HAROPA a choisi de maintenir ses programmes d'investissements nécessaires à la poursuite du développement de chacun des ports ; citons la construction des postes 11 et 12 de Port 2000, l’installation de la filière éolienne au Havre, les acquisitions foncières du projet Port Seine-Métropole Ouest (PSMO), la poursuite de l’électrification des quais (pour développer les modes de transport respectueux de l’environnement) et la modernisation du terminal de Canteleu par exemple.